Dans le domaine rizicole et dans le cadre du Projet FY VARY en collaboration avec SATRES/JIRCAS, sur financement japonais, l’effet de la technique de trempage, avant repiquage, des racines des jeunes plants du riz, dans une pâte semi aqueuse d’engrais phosphaté sur la croissance de la culture du riz irriguée sous des conditions de stress au froid » , a été expérimenté dans la Région de Vakinankaratra, au niveau de la Commune rurale d’Ambohibary, pour l’écologie de bas-fonds, et au niveau de la Commune rurale d’Ankazomiriotra, pour l’écologie de plateaux.

L’objectif consiste à comparer l’effet de la technique de trempage des racines avec celle de l’application normale du P à différente dose et son interaction avec l’Azote.

Les résultats ont montré l’importance de l’apport du Phosphore dans les deux sites d’expérimentation. Cet élément joue un rôle important aussi bien dans l’amélioration de la croissance de la plante que dans la production, aussi bien au niveau de la riziculture de basfonds de la commune d’Ambohibary qu’au niveau d’Ankazomiriotra.

Toutefois, une réponse plus marquée a été enregistrée dans la commune d’Ambohibary où le sol est plus organique que celui d’Ankazomiriotra

Dans le cadre du projet FY Vary toujours mais dans le volet « Sélection et amélioration variétale », la première activité consiste à :

  • sélectionner les meilleures variétés sur la base des caractères phénotypiques collectés (la longueur du cycle, la facilité d’égrenage et la qualité des grains : couleur des grains, non tachetés et sans barbe),
  • effectuer des croisements retour pour les variétés de riz pluvial,
  • élaborer la cartographie des gènes et la prédiction génomique.

    Les sites d’intervention sont constitués par :
    • Ambohibary et Ankazomiriotra de la région du Vakinankaratra,
    • Anjiro de la région Alaotra Mangoro,
    • Behenjy de la région Analamanga
Le riz

Les résultats ont permis de récolter 20% des parcelles expérimentales. Ces lignées récoltées possèdent un grand intérêt en termes de précocité. Pour la Sélection des variétés élites, considérant les données sur les 3 sites (Ankazomiriotra, Behenjy et Anjiro), 27 variétés ont été retenues pour leur rendement. Ainsi, conduite sans apport de fertilisation et suivant les techniques de Système de Riziculture Amélioré (SRA), ces 27 variétés sélectionnées sont phénotypiquement plus intéressantes que les variétés témoins X265 et IR 64.

En ce qui concerne la cartographie des gènes, pour les lignées issues du croisement DJ123 x IR 34, la cartographie proprement dite sera réalisée au Japon, seule la sélection des lignées potentiellement intéressantes a été effectuée à Madagascar. Cette sélection a abouti à la sélection de 11 plants de la cinquième génération de ce croisement pour leur rendement plus élévé que celui des variétés locales et ceux de ses parents DJ123 et IR 64 de par la longueur de la panicule et le poids secs des grains.

En conclusion, plusieurs variétés ont été jugées meilleures que leurs parents et les variétés témoins aussi bien en riziculture irriguée (X265) qu’en pluviale (Chhomrong dam, Nerica)

Ces variétés sélectionnées ont été multipliées à Marovoay – Mahajanga. Elles serviront à la mise en place des essais participatifs au niveau des champs des paysans de chaque site d’intervention au cours de la campagne 2019-2020.

Dans le cadre de la collaboration avec AfricaRice sur le Projet STRASA, deux (2) sousactivités : Sélection du riz dans l’écologie de bas-fonds et Sélection du riz dans l’écologie irriguée de l’Afrique de l’Ouest ont été conduites.

La sélection du riz dans l’écologie de bas-fonds consiste à évaluer 45 lignées dans 2 sites à savoir Mahitsy et Belanitra en saison pluvieuse de 2018. L’évaluation s’est basée sur les caractères agronomiques ainsi que sur les réactions aux stress biotiques et abiotiques définis dans le protocole. Elle a abouti à la sélection de 13 lignées.

La sélection du riz dans l’écologie irriguée de l’Afrique de l’Ouest vise à évaluer 40 lignées dans 2 sites à savoir Mahitsy et Belanitra en saison pluvieuse de 2018. L’évaluation s’est basée sur les caractères agronomiques ainsi que les réactions aux stress biotiques et abiotiques definis dans le protocole. Elle a abouti à la sélection de 10 lignées pour chacun des stress abiotiques.

L’Etude comparative de l’efficience de deux sources d’azote (Ammonium sulfate et Urée) en riziculture pluviale, l’une en monoculture et l’autre en rotation avec du haricot a été conduite dans le cadre de la convention FOFIFA/Société Dynatec-Madagascar d’Ambatovy, à la Station de Recherche du FOFIFA sise à KIANJASOA. Ayant comme objectifs, d’une part de comparer l’efficience des deux sources d’azote, à savoir l’Ammonium Sulfate et l’Urée sur la productivité du riz pluvial, et d’autre part d’affiner les procédures à suivre pour une bonne gestion de la fertilité du sol en riziculture pluviale, cette étude a révélé, considérant l’évolution du nombre de talles et celle de la hauteur des plantes, que les 2 sources d’azote ne présentaient pas de différence significative.

Toutefois, les rendements du riz pluviale obtenus sur le site en monoculture restent inférieurs à ceux du site où le riz est en rotation avec du haricot. Il est donc confirmé que la pratique de la riziculture pluviale en rotation avec une légumineuse comme le haricot est bénéfique. Par ailleurs, l’adoption d’une fertilisation organo-minérale est incontournable pour l’augmentation du rendement rizicole.

Cet essai à long terme mérite d’être reconduit pour une dernière campagne pendant la saison culturale 2020-2021.

Toujours en partenariat avec l’AfricaRice, le FOFIFA a mis en œuvre conjointement avec le Projet de Réhabilitation des Infrastructures Agricoles de la Région Sud-Ouest (PRIASO) et le Service officielle de Contrôle des Semences (SOC) du MAEP, des travaux sur l’amélioration variétale et la production semencière, l’agronomie et l’appui au 13 développement durable de la production rizicole dans la plaine du Bas Mangoky de larégion Sud-Ouest de Madagascar

. L’intégration du genre, l’orientation de la chaîne de valeur riz et la formation ,aussi bien des Groupements de Paysans Semenciers (GPS) que des autres parties prenantes comme les fabricants de petits équipements agricoles, font également partie intégrante de ce programme d’actions.

A l’issu de la Sélection Variétale Participative (PVS), cinq (5) variétés prometteuses sur les 14 testées ont été présélectionnées par les paysans. Elles constituent ainsi les variétés candidates à l’homologation. Aussi, elles ont fait l’objet non seulement de multiplication au niveau des parcelles de production, pour servir de semences de base pour les GPS mais aussi à une séance de dégustation et d’appréciation sur l’apparence du riz non cuit ainsi que de la texture, de la consistance et du goût du riz cuit, pour discuter par la suite de leurs aspects culinaires.

Sur le plan agronomique, ces variétés exprimaient aussi une forte réponse aux Bonnes Pratiques Agricoles (BPA) par rapport aux variétés témoins (2787 et MR). Elles se sont d’ailleurs avérées conformes aux normes de DHS (Distinction, Homogénéité, et Stabilité) et de VATE (Valeur Agronomique, Technologique et Environnementale)

Ces différents étapes ont abouti à la diffusion officielle et l’homologation de quatre (4) nouvelles variétés de riz, reconnues productives tout en étant adaptées aux conditions agroécologiques et au milieu de culture rizicole de la plaine du Bas Mangoky dans la Région Atsimo Andrefana. Ceux sont FOFIFA 187, FOFIFA 188, FOFIFA 189 et FOFIFA 190.

En outre, la démonstration effectuée par l’équipe de CFAMA sur la performance de la «batteuse » et de la Machine « vanneuse », a été très appréciée par les paysans et a reçu l’engouement populaire. Des tests de démonstration de la performance de la sarcleuse motorisée, comparativement à la sarcleuse mécanique (type « cono-weeder. ») et à la sarcleuse manuelle ont été effectués. La sarcleuse motorisée a été également très appréciée par les paysans.

La cérémonie de remise officielle des quatre (4) nouvelles variétés homologuées et la diffusion des paquets technologiques pour la riziculture du Bas Mangoky ainsi que la dotation des petits matériels agricoles ( batteuse, vanneuse, sarcleuse motorisée) a eu lieu le 01 décembre 2019 à Tanandava dans la plaine du Bas Mangoky de la région Atsimo Andrefana.

Dans les régions du Vakinankaratra et de l’Itasy, les pratiques de restauration de sol adopté dans le cadre du projet SECURE ont eu un effet positif sur la présence et l’évolution de la maladie du riz. En effet, la résistance des deux variétés utilisées dans ces dispositifs, Nerica 4 à Ivory dans le Vakinankaratra et ChhomrongDhan, à Bekitapo dans l’Itasy est encore efficace vis-à-vis, plus particulièrement de la pyriculariose causée par l’agent pathogène Magnaporthe oryzae.

Le suivi de l’évolution de l’attaque de pyriculariose sur la variété ChhomrongDhan sur les Hautes Terres de Madagascar, plus particulièrement dans les régions du Vakinankaratra et de l’Itasy a révélé que les symptômes de pyriculariose sont toujours présents sur le rachis du riz mais le niveau d’attaque de la pyriculariose reste faible. En d’autres termes la résistance de ChhomrongDhan est encore efficace vis-à-vis des populations de Pyricularia oryzae dans ces régions.