Uncategorized

Développement d’un outil cartographique pour la gestion des ressources pastorales par une approche combinée de télédétection et de modélisation.

La demande en produits d’origine animale s’accroît dans le monde du fait de la croissance de la population et de l’urbanisation. Parallèlement à cette situation et l’extension des surfaces qu’elle induit, il y a une réduction des surfaces pâturables. Cette réduction entrave la disponibilité des ressources fourragères qui sont des facteurs de viabilité de la production des ruminants. En tant que pays en développement, Madagascar n’échappe pas à cette tendance, principalement pour le secteur bovin qui est la première source de protéine animale de la population. A Madagascar, comme dans la majorité des pays d’Afrique, les besoins des herbivores sont fournis à partir de ressources spontanées. En général, Madagascar dispose encore de grandes surfaces de verdure exploitables pour l’alimentation bovine. Cependant, le manque d’information sur la disponibilité de ces ressources est devenu un handicap majeur pour la production. Ainsi, la création d’un outil de détermination de la disponibilité de ces ressources pourrait corriger et intensifier considérablement la production. Cela est fondamentalement requis par la question de savoir si les réserves pourront satisfaire les demandes. Dans une échelle spatialement extensive, il est pratiquement impossible d’avoir des données chiffrées sans passer par la télédétection et par le Système d’Information géographique. 

Dans cette optique, une communication scientifique sur les résultats de recherches effectués au niveau du Département de Recherches Zootechniques Vétérinaires et Piscicoles (FOFIFA-DRZVP) dans le cadre du projet BIOVA a été effectuée par le Docteur Tsiry RAZAFINARIVO au niveau l’Akademia Malagasy le 24 janvier 2019 dernier. Cette communication scientifique a été basée principalement sur la présentation de l’outil de cartographie 3C-BIOVIS 2.0

3C-BIOVIS (calculateur de la capacité de charge et de la biomasse végétale par imagerie satellitaire) est un outil de calcul qui permet de déterminer la quantité  des ressources fourragères à partir des données obtenues par traitements d’images satellites. Le principe de l’outil consiste à mesurer  et transformer la réflectance des végétaux (NDVI) détectée par le satellite, en rendement en tonne de matières sèche par hectare.

Le NDVI (Normalized Difference Vegetation Index) est un indice de végétation qui estime la densité foliaire sur une surface déterminée, il est fonction de la quantité de chlorophylle présente dans l’espace. La base centrale de l’outil est axée sur cet indice de végétation. Ainsi, les utilisateurs doivent avoir des notions de traitement d’image satellite pour l’extraction de NDVI. La valeur moyenne de NDVI de la parcelle à mesurer est donc introduite dans l’outil pour pouvoir lancer le calcul 

3C-BIOVIS prédit des informations à temps réel sur la disponibilité des ressources fourragères à partir de données extraites par traitement d’images satellites. Par ailleurs, l’utilisation commence par l’introduction des coordonnées GPS de la parcelle pour une géolocalisation directe par l’outil. Ainsi, il est possible de dessiner une parcelle de pâturage sur un fond d’image satellite, puis de calculer les différents indicateurs pour cette parcelle. Les résultats sont par la suite utilisés par l’outil pour calculer le nombre d’animaux (bovin, ovin, caprin) pouvant être alimentés sur la parcelle.

Voir l’article complet en fichier pdf

Vous pourriez aimer aussi...